Signature Contrat de Ruralité 21.03.17

J’ai souvent eu l’occasion de le dire ou l’écrire, on peut revendiquer à la fois une ruralité assumée et une dynamique de développement raisonné et moderne.

Cette vision qui est l’un des fondements de la création de la Communauté de Communes du Val d’Essonne est désormais partagée par tous les échelons des institutions publiques.

C’est le cas au niveau départemental, à travers la politique cadre adoptée par le Conseil départemental le 17 octobre 2016, et que je vous avais présentée sur ce site (lire l’article).

La Région Ile-de-France s’est également mobilisée, et c’est une révolution culturelle pour cette collectivité. Aujourd’hui, il y a une Vice-présidente en charge de la Ruralité et de l’Agriculture à la Région Ile-de-France, Anne CHAIN-LARCHE, qui a en charge la mise en œuvre d’un véritable pacte rural pour l’Ile-de-France.

Celle-ci était d’ailleurs venue le présenter, aux côtés de Gérard HEBERT, Conseiller régional, en mars 2016, à Valpuiseaux, aux maires du Sud Essonne (lire l’article sur le site du Conseil régional).

L’Etat a décidé de s’engager également dans cette voie en instituant, lors du comité interministériel aux ruralités du 20 mai 2016, un contrat de ruralité.

La Communauté de Communes du Val d’Essonne ne pouvait que s’inscrire dans un tel dispositif.

C’est ainsi que j’ai signé, pour la CCVE, le 21 mars 2017, en Préfecture, un contrat de ruralité avec l’Etat.

Ce contrat permet notamment de soutenir les projets issus des mesures des comités interministériels aux ruralités à l’échelle infra-départementale.

A partir d’une volonté exprimée par les élus locaux, il accompagne la mise en œuvre d’un projet de territoire à l’échelle du bassin de vie concerné, en fédérant l’ensemble des acteurs institutionnels, économiques et associatifs. Ils y inscrivent leurs engagements pluriannuels pour améliorer la qualité de vie, la cohésion sociale et l’attractivité du territoire rural.

Dans une logique de projet de territoire, le contrat de ruralité définit des objectifs pour les 6 thématiques prioritaires suivantes :

  • L’accès aux services publics et marchands et aux soins ;
  • La revitalisation des bourgs centres (notamment à travers la rénovation de l’habitat et le soutien au commerce de proximité dans les centres-villes/bourgs) ;
  • L’attractivité du territoire (développement économique dont agriculture, offre de formation, numérique, tourisme, patrimoine naturel, etc.) ;
  • Les mobilités locales et l’accessibilité au territoire ;
  • La transition écologique et énergétique ;
  • La cohésion sociale.

36 actions sont ainsi visées par notre Contrat de ruralité et pourront ainsi être soutenues par l’Etat.

Le Contrat repose sur une logique de bassin de vie. Nombre de ces actions sont donc portées par la Communauté de Communes du Val d’Essonne, mais pas uniquement.

Certaines sont aussi pilotées par des communes du territoire, telles que Ballancourt-sur-Essonne et Mennecy, le Parc Naturel Régional du Gâtinais français ou par une association.