dronesCe premier salon dédié aux drones va permettre de réunir sur un même lieu une multitude d’acteurs différents :

  • Des entreprises qui conçoivent, fabrique et vendent des drones ou des technologies de collecte et de traitement de l’information,
  • Des entreprises issues des différents marchés applicatifs comme la sécurité, l’agriculture, les infrastructures de transport ou d’énergie, le secteur du bâtiment,
  • Des entreprises de toutes tailles en allant du grand groupe comme Thalès à la startup/TPE,
  • Des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche,
  • Des investisseurs,
  • Des collectivités territoriales

Ce sera donc l’occasion pour tous les professionnels du secteur de rencontrer les acteurs de l’écosystème régional et local, d’échanger pour apprendre à mieux se connaître, de déceler de nouvelles opportunités et de nouer des liens plus étroits autour de projets communs.

Mais au-delà des professionnels, tous les acteurs du territoire sont conviés à cette manifestation. Je me réjouis du choix des organisateurs de consacrer une journée à l’ouverture du salon au grand public. Ainsi chacun pourra découvrir le monde fascinant des drones, profiter des démonstrations de vol et prendre part à cette dynamique qui marquera le Centre Essonne pendant ces 3 jours.

Je salue l’énergie mise dans la réalisation d’un événement qui fait la part belle à la création de synergies entre tous les acteurs du territoire et de la filière drones. Nous aurons sur l’expo 2018 un concentré de ce que le cluster Drones Paris Région cherche à faire : générer une fertilisation croisée entre toutes les composantes d’un écosystème.

Je croie au développement de ces clusters pour favoriser l’activité économique, l’emploi, la recherche scientifique, le développement des territoires et répondre à certains enjeux de société.  

Le Département soutient et encourage le cluster Drones Paris Région, mais aussi l’émergence de ce type d’initiatives dans bien d’autres domaines (le H-Lab, living-lab dédié à la valorisation de l’innovation en faveur de l’insertion social du handicap - le cluster Grand Paris Sport - le C19, cluster des jeux vidéo porté par l’ENSIIE - le projet de cluster autonomie en cours de construction - le projet centré sur le lien entre agriculture et numérique…).

Ces projets s’ajoutent aux poids lourds présents sur le territoire comme le Genopole, le pôle Teratec ou encore le cluster Paris-Saclay.

Tous ces clusters forment des leviers pour aider les territoires essonniens à se développer en créant des liens entre leurs adhérents mais aussi entre eux.

La Drones Paris Région Expo contribuera également à forger l’identité essonnienne autour de nos priorités :

  • L’Ouverture : un événement centré sur une filière spécifique, les drones professionnels, mais qui réunit une grande diversité d’acteurs économiques, de scientifiques, allant jusqu’à convier les particuliers.
  • L’Innovation : un événement pour découvrir le monde des drones et les progrès technologiques en constante évolution (capteurs, intelligence artificielle, Big Data, optique…)
  • L’Avenir : un événement qui parle de l’avenir de l’usage des drones avec une focale sur la question du transport par drone, qu’il soit à destination des colis ou des personnes, et la gestion du trafic aérien spécifiquement dédié à ce type d’appareils dont l’usage ne va que croître dans les années à venir.

C’est notamment avec ce fil commun tissé entre les territoires, les acteurs et les projets que le département de l’Essonne sera à même d’attirer les talents, les compétences et les entreprises pour alimenter le développement territorial.

La Drones Paris Région Expo fera ses premiers pas les 27/28/29 septembre, mais je suis convaincu que cette première édition sera un véritable succès qui en appellera d’autres et qu’elle formera un puissant outil au service de l’attractivité du Cluster Drones, de l’Essonne et de la Région Ile-de-France dans l’écrin particulièrement approprié qu’est le site de l’ancienne base aérienne 217.

Fibreoptique

Lors de mes déplacements sur le terrain, certains essonniens m’interrogent sur les raisons qui nous ont poussés à engager ce chantier colossal grâce auquel en 2020, chaque entreprise, chaque établissement scolaire, chaque service public et chaque habitant pourra se connecter au Très Haut Débit.

Il est vrai que c’est le chantier le plus important de tout le mandat. Ce plan est estimé à environ 119,5M€ (2017-2020), financé par le Département avec le concours de l’État, de la région Île-de-France et des intercommunalités essonniennes.

Dans l’esprit de certains, ces investissements ne seraient qu’un gadget pour permettre à des cinéphiles de télécharger des films sur internet ou aux accros aux jeux vidéo de jouer en ligne.

Ils sont bien loin du compte ! La révolution numérique a déjà commencé. Son impact est et sera aussi retentissant que fut celui de la révolution industrielle. Dès notre arrivée en 2015, François DUROVRAY, Président du Conseil Départemental et moi-même avons pris ce dossier à bras le corps, convaincus de l’impérieuse nécessité de ne pas laisser l’Essonne à la traîne face à cet enjeu de société.

Car l’accès à Internet en Très Haut Débit favorise le développement économique et participe de la création d’emplois : un des premiers critères d’implantation d’une entreprise est l’accès au Très Haut Débit. 

Grâce à la fibre, le travail à domicile peut se développer et engendrer des modes de vie impliquant moins de déplacements, davantage de consommation sur place et donc plus de vie pour les commerces de proximité. En parallèle, bien des démarches administratives doivent maintenant s’effectuer en ligne.

Demain le numérique métamorphosera la médecine quotidienne, le maintien à domicile des Personnes âgées, l’agriculture, la gestion de l’eau, le tourisme, la régulation des transports, la production d’énergies, les modes de travail, la maintenance prédictive dans l’industrie, les modes de production industrielle… Tant de domaines qui vont bien au-delà du cadre de ses loisirs et de son temps personnel.

Ce sont ces enjeux majeurs pour notre avenir et celui de nos enfants qui nous ont poussés à agir avec force et détermination et pour tous les essonniens, du Sud comme du Nord de notre Département.

Car si les opérateurs privés, bien conscients de la rentabilité de leurs investissements dans les communes très urbanisés du nord de l’Essonne, ont d’ores et déjà déployé la fibre sur une partie de ce territoire, il n’était pas possible de laisser perdurer une fracture numérique entre nord et sud essonniens. 

C’est l’Essonne toute entière qui doit entrer dans l’ère numérique, avec une égalité de traitement entre tous les habitants.

C’est pour garantir cette cohésion de tous les territoires essonniens que François DUROVRAY et moi-même avons voulu mettre en œuvre cette politique ambitieuse pour que chaque lieu de notre territoire, même reculé, devienne un centre et soit une Terre d’Avenirs.

Une politique ambitieuse, concrète puisqu’elle améliorera votre quotidien et réaliste puisque le 28 août 2018 à 14h sera inauguré le Nœud de Raccordement Optique de Morigny-Champigny, étape cruciale dans le déploiement du réseau de fibre optique du Département de l’Essonne.

FibreoptiqueRompre la carence numérique et proposer l’accès au Très Haut Débit en Sud Essonne constitue un enjeu fort en termes de services publics : connexion à l’information, à l’emploi, aux loisirs sont essentiels.

bandeau bdCe jeudi 5 juillet, j'ai inauguré à vélo la nouvelle piste cyclable entre Lardy et Saint-Vrain en compagnie de François Durovray, Président du Département de l’Essonne, Nicolas Meary, Vice-président délégué aux mobilités, et Jean-Marc Foucher, Président de la Communauté de communes entre Juine et Renarde.

Le projet consistait à créer une piste cyclable bidirectionnelle d’un linéaire de 500 mètres le long de la RD17. Cet aménagement permet ainsi d’assurer la continuité entre deux sections cyclables déjà existantes sur les communes de Lardy et de Saint-Vrain, et d’améliorer la desserte du pôle gare RER de Bouray-sur-Juine.

Afin de faciliter sa réalisation, le Département a accepté la maîtrise d’ouvrage de l’opération, dont le montant s’élève à 310 000 euros. A ce titre, il en assume 30 % du coût, les aménagements étant subventionnés à hauteur de 50 % par la Région Île-de-France et de 20 % par les Communautés de Communes du Val d’Essonne et Entre Juine et Renarde. Les travaux ont débuté le 30 avril dernier et ont duré deux mois.

Ce nouvel aménagement a été réalisé dans le cadre du nouveau plan vélo mis en place par le Département pour mieux répondre aux besoins des usagers.

SDUSNParallèlement au déploiement de la fibre optique, le SDUSN vise à, en plus de créer un réseau à exploiter, développer les usages numériques en Essonne. L’ensemble des acteurs du territoire départemental (communes, intercommunalités, Conseil Départemental, etc.) dressent actuellement un état des lieux de la présence numérique sur le département et choisiront à partir du mois d’octobre des projets numériques possibles et pertinents (pour la santé, les déplacements, etc.). Ils se sont retrouvés mercredi 5 juillet dernier à l’Hôtel du Département de l’Essonne pour construire avec le Département une politique de développement numérique et anticiper les usages de demain au bénéfice de tous : territoires, entreprises et citoyens.