Retrouvez l'intégralité de mon interview, du journal Le Républicain, concernant la création du Syndicat Mixte d'Aménagement Numérique.

 Interview journal Le Républicain jeudi 17 decembre 2015

 

 DSC9377-91 dOr 1280 px

L'apprentissage et son duo école-entreprise à l'honneur

Exosquelettes, drones, tablette tactile en braille... Si la liste est non exhaustive, la 23ème édition des 91 d'Or nous a montré un aperçu des "métiers de demain", thème de cette cérémonie organisée par le Medef Essonne, ce 15 décembre, dans la prestigieuse école polytechnique. Sous les feux de la rampe : 19 lauréats incarnant l'innovation et le dynamisme économique essonniens.
Fait notable, et pour la première fois, la formation par la voie de l'apprentissage s'est vue décerner un prix !
Autrefois considéré comme une non-réussite dans un parcours scolaire et cantonné à délivrer des diplômes de niveau 4, l'apprentissage a migré vers des niveaux d'enseignement de plus en plus élevés, dispensant des formations diplomantes de niveau 1, équivalentes à bac+5. De plus en plus plébiscités, ces cursus qui conjuguent enseignement supérieur et formation professionnelle séduisent les entreprises qui se constituent ainsi un vivier de réserve de jeunes recrues. Un quadruple trophée a été décerné au CFA-Union et à Centrale Supélec, au maître d'apprentissage, ingénieur logiciel senior dans l'entreprise Ansaldo STS France, et à l'apprenti, en formation d'ingénieur à CentraleSupélec.
www.cfa-union.u-psud.fr; www.supelec.fr; www.ansaldo-sts.com

  DSC9334

L'Agence pour l'économie en Essonne a tenu son assemblée générale extraordinaire ce vendredi 11 décembre dans l'enceinte de Télécom Ecole de Management et Télécom Sud Paris qui nous accueillaient pour la seconde fois sur leur campus commun à Evry.

Dans une optique de complémentarité et d'efficacité des interventions en faveur de l'aménagement et du développement économiques de l'Essonne, le Bureau de l'AEE a validé le principe d'un rapprochement partenarial entre ESSONNE AMENAGEMENT et l'AEE avec une installation de cette dernière, dans les locaux d'Essonne Aménagement au 9 cours Blaise Pascal, à Evry, début 2016.
L'occasion pour l'AEE de changer de nom et de devenir ESSONNE DEVELOPPEMENT, en janvier prochain, et d'affirmer son dynamisme et ses nouvelles orientations dans le domaine de l'innovation, l'un des fers de lance pour relancer l'économie sur notre territoire.

L'opportunité de la Filière Drones
Ainsi, cette matinée nous a donné l'occasion de présenter la filière drones, projet sur lequel l'AEE conduit un travail d'envergure avec nombre de partenaires impliqués afin d'aboutir dès le printemps prochain à la création d'un cluster drones.
En écho à cette présentation, Denis Guibard, directeur Télécom Ecole de Management, en a profité pour rappeler que 15% des élèves ingénieurs formés en France sortent aujourd'hui de l'Institut Mines télécom dont Télécom Ecole de Management est la Business school : l'incubation de 150 start-up avait généré la création de 1500 emplois. UAVIA, dernière pépite en date, est déjà en pointe sur la conduite des drones à distance en utilisant les réseaux mobiles 3G et 4G et non, les ondes radio.
Pour rappel, l'école Télécom SudParis arrive en tête sur le critère "Innovation et entrepreneuriat" dans le palmarès l'Etudiant 2016 des écoles d'ingénieurs.
http://www.letudiant.fr/palmares/palmares-des-ecoles-d-ingenieurs/proximite-avec-les-entreprises-2.html
Quant à Télécom Ecole de Management, elle est reconnue, selon le magazine L'Entreprise, comme la 4e meilleure école de commerce pour entreprendre: http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/etapes-creation/le-palmares-des-incubateurs-d-entreprise-dans-les-ecoles-de-commerce_1524810.html

 

La croissance verte est un défi pour l'innovation en Essonne qui, par la présence de grands centres de recherche et d'acteurs économiques dynamiques, est particulièrement sensible aux questions environnementales et en particulier climatiques.
Elle structure progressivement les filières liées aux éco activités en lien avec les acteurs économiques locaux tels que l'Agence pour l'Economie en Essonne, la Chambre de Commerce et d'Industrie, Novagreen, et les acteurs de la recherche comme le Synchrotron Soleil, le CEA, notamment autour de la valorisation innovante des déchets.

L'économie circulaire
Le Département encourage ainsi les activités relevant de l'économie circulaire pour favoriser la création d'emplois non délocalisables. Le déchet devient, dans cette logique, une véritable matière première à traiter en parfaite cohérence avec la dynamique essonnienne « Territoire zéro gaspillage, zéro déchet ».
Le Conseil départemental de l'Essonne soutient ce secteur de l'économie de différentes manières :
• les « jeunes pousses » via l'appel à projets ASTRE qui rapproche acteurs de la recherche et acteurs économiques,
• les projets du Groupe SEMARDEL visant à optimiser les émissions Carbone liées au traitement des déchets.
Il valorise aussi les initiatives des décideurs locaux tels que la Coopérative agricole Ile-de-France Sud qui produit un combustible renouvelable à partir de déchets biomasse.
Cette approche, qui fait de la contrainte une opportunité économique, témoigne de la capacité des décideurs économiques à opérer véritablement cette transition énergétique que tout le monde appelle de ses vœux !

Site du Conseil Départemental de l'Essonne

 DSC9277-Conf Immo dentreprise 1280 px

Co-working, télétravail, télécentre, fab lab*, living lab**, pépinière d'entreprise... Ces nouveaux mots désignent les Tiers-lieux, ces nombreuses tendances d'alternatives de travail. Pour s'y adapter et apporter des réponses pertinentes, l'immobilier d'entreprise évolue et se transforme.

C'était le thème de la conférence, jeudi matin, organisée par la CCI Essonne, et à laquelle j'ai apporté mon concours pour évoquer les pistes de réflexion actuellement au sein du Conseil départemental. Près d'un Français sur cinq travaille au moins un jour par semaine hors du bureau. Le nombre des entrepreneurs individuels augmente. Il est avéré que le travail à distance augmente la productivité jusqu'à 22%. Des entreprises pionnières l'ont bien compris et expérimentent de nouveaux modèles d'organisation.
La question est très importante en Essonne où le temps de transport est une préoccupation majeure comme l'ont montré les Assises de l'Essonne qui se sont conclues mercredi dernier. Le président du Conseil départemental, François Durovray, a fait de cette question une priorité.