Vous souhaitez me contacter ? 

Merci de remplir les champs ci-dessous.

Cordialement,

Patrick Imbert 


 

Votre nom
Votre adresse e-mail : *
Objet de votre message :
Votre message :
Merci de reproduire le code ci-dessous avant d'envoyer votre message (code anti-spam)

chanvreDR

L’innovation touche tous les secteurs d’activité économique. L’agriculture n’y échappe pas et c’est une excellente chose pour l’Essonne et particulièrement le Sud Essonne où se développe une véritable filière locale chanvre.

Que faut-il entendre par filière ? Le développement d’un projet économique cohérent de la production de la matière première jusqu’à son utilisation sous différentes formes en passant par sa transformation.

Depuis 2008, acteurs publics et privés se regroupent pour construire la filière chanvre en Sud Essonne. L’utilisation du chanvre a connu une profonde mutation dans les 10 dernières années. Après avoir périclité dans le domaine du textile et de la papeterie, les marchés se développent désormais dans le domaine de la construction mais aussi de l’industrie automobile, la cosmétique, ou encore les marchés de l’oisellerie et de la pêche.

D’un point de vue agricole, la culture du chanvre présente de nombreux avantages :

•  Aucun traitement n’est nécessaire pour le chanvre, il permet donc une culture « zéro phyto »,

• Le chanvre est une plante rustique qui peut être cultivée sur des sols à faible potentiel,

• L’apport en azote est modéré au moment du semis.

En 2011, l’association « Chanvre Avenir » est née et regroupe une dizaine d’agriculteurs du Sud Essonne.

Une étude de faisabilité pour cette filière locale a été mise en œuvre et a permis la construction d’un projet global dont les étapes sont définies jusqu’en 2017.

Pour réussir un tel projet, un accompagnement en matière d’ingénierie est nécessaire. C’est ainsi que le développement de cette filière est une des actions inscrite au PACTE pour l’emploi, la formation professionnelle et le développement économique en Sud Essonne. Le pilote de l’action désigné est le Parc Naturel Régional du Gâtinais français.

C’est ainsi que la SARL Gatichanvre Ile-de-France est née. L’objet de la société est l’achat du chanvre produit et la commercialisation des produits issus de sa transformation.

En 2015, ce sont 250 ha de chanvre qui sont mis en culture en Essonne. En 2017, il est prévu d’atteindre 700 ha cultivés. Ces 700 ha sont nécessaires pour l’équilibre économique du projet industriel qui prévoit la création d’une usine de transformation du chanvre à Prunay-sur-Essonne, en 2016. Il est également prévu de développer une unité de fabrication de briques chaux-chanvre très utilisées en construction. Cette unité fonctionnera dans le cadre d’un projet d’insertion par le travail.

Pour parfaire l’ensemble et lui donner sa cohérence finale une campagne de sensibilisation des artisans du bâtiment à l’utilisation de ce matériau a été réalisée. Une douzaine de Maîtres d’œuvre du Sud Essonne sont d’ores et déjà formés et ont obtenu un agrément « Construire en chanvre ».

Le Département a contribué à la structuration de cette filière à travers le dispositif PACTE Sud Essonne et financièrement.

Depuis mars 2015 le département de l’Essonne compte 21 cantons.

Le canton de Mennecy se situe au Sud Est du département. Il regroupe 28 communes.

LesCommunesDuCantonDeMennecy

Du Nord au Sud du département, les 21 cantons sont extrêmement différents.

Une des richesses essentielles du canton de Mennecy est son environnement et son cadre de vie privilégié et préservé.

Le canton de Mennecy s’étale sur 304,26 km². Sa population de 66 852 habitants jouit donc d’une des densités les plus faibles de l’Essonne (la seconde après le canton d’Etampes).

Ceci tranche évidemment avec les cantons très urbanisés du Nord du département comme le montrent les exemples dans le tableau ci-dessous :

 

CANTON

Nombre de Communes dans le canton

POPULATION du canton

SUPERFICIE en km²

DENSITE = nbre hab/km²

VIRY CHATILLON

2

59 503

10.94

5 439

EVRY

2

67 003

12.7

5 276

MASSY

2

63 707

15

4 247

Ste GENEVIEVE DES BOIS

4

68 087

17.75

3 836

ATHIS MONS

3

52 590

16.94

3 104

SAVIGNY s/Orge

3

56 931

20.88

2 727

PALAISEAU

3

58 512

23.3

2 511

CORBEIL

4

60 315

32.78

1 840

TOTAL DEPARTEMENT DE L'ESSONNE

196

1 257 065

1 804

697

ARPAJON

16

60 682

104.53

581

DOURDAN

28

65 762

289.07

227

MENNECY

28

66 852

304.26

220

ETAMPES

45

63 175

547.08

115

Le canton de Mennecy est donc essentiellement composé d’espaces ruraux ou d’espaces urbains non construits.

Ainsi, 5 des 22 domaines naturels aménagés par le département sont situés sur le canton de Mennecy auxquels il faut ajouter plusieurs sites classés Espaces Naturels Sensibles.

Pour autant, le canton n’est pas qu’une réserve naturelle.

Son tissu économique et commercial est dynamique et s’articule particulièrement autour des pôles de Mennecy, Ballancourt-sur-Essonne,  La Ferté Alais, et Milly-la-Forêt.

Les richesses touristiques et patrimoniales sont également nombreuses sur le canton.

Les communes du canton sont toutes membres d’une intercommunalité. Principalement la Communauté de Communes des Deux Vallées et la Communauté de Communes du Val d’Essonne. Seule la commune du Coudray-Montceaux est rattachée à la Communauté d’Agglomération Seine Essonne.

Communes

Intercommunalités de rattachement

Superficie en km²

Population

Densité en hab/km²

Auvernaux

CC du Val d'Essonne

6.50

353

54

Ballancourt-sur-Essonne

CC du Val d'Essonne

11.30

7 533

667

Baulne

CC du Val d'Essonne

8.17

1 321

162

Boigneville

CC des 2 Vallées

15.80

407

26

Boutigny-sur-Essonne

CC des 2 Vallées

16.20

3 075

190

Buno-Bonnevaux

CC des 2 Vallées

15.99

484

30

Champcueil

CC du Val d'Essonne

16.35

2 903

178

Chevannes

CC du Val d'Essonne

10.23

1 752

171

Courances

CC des 2 Vallées

8.31

359

43

Courdimanche-sur-Essonne

CC des 2 Vallées

5.62

270

48

Dannemois

CC des 2 Vallées

8.43

856

102

Fontenay-le-Vicomte

CC du Val d'Essonne

6.83

1 296

190

Gironville-sur-Essonne

CC des 2 Vallées

13.21

824

62

Guigneville-sur-Essonne

CC du Val d'Essonne

9.19

954

104

Itteville

CC du Val d'Essonne

12.20

6 697

549

La Ferté-Alais

CC du Val d'Essonne

4.55

4 044

889

Le Coudray-Montceaux

CA de Seine-Essonne

11.44

4 784

418

Maisse

CC des 2 Vallées

21.58

2 753

128

Mennecy

CC du Val d'Essonne

11.09

13 489

1 216

Milly-la-Forêt

CC des 2 Vallées

33.80

4 893

145

Moigny-sur-École

CC des 2 Vallées

12.23

1 327

109

Mondeville

CC des 2 Vallées

6.70

701

105

Nainville-les-Roches

CC du Val d'Essonne

5.93

469

79

Oncy-sur-École

CC des 2 Vallées

5.37

1 003

187

Ormoy

CC du Val d'Essonne

1.88

1 943

1 034

Prunay-sur-Essonne

CC des 2 Vallées

5.14

320

62

Soisy-sur-École

CC des 2 Vallées

11.52

1 386

120

Videlles

CC des 2 Vallées

8.70

656

75

TOTAL CANTON DE MENNECY

 

304.26

66 852

220

Les Communautés de Communes des Deux Vallées et du Val d’Essonne sont engagées, avec trois autres intercommunalités dans un PACTE pour le développement économique, l’emploi et la formation professionnelle en Sud Essonne. Ce dispositif collaboratif est animé par l’Agence pour l’Economie en Essonne.

Créée en décembre 2002 sous la forme d’un établissement de coopération intercommunale (EPCI), la CCVE regroupe aujourd’hui 21 communes.

Le Val d’Essonne compte :

• 58 000 habitants répartis un territoire de 19 313 hectares,

• Un tissu économique dense et varié composé de grandes entreprises souvent leaders dans leurs domaines, mais aussi de nombreuses PME, d’Artisans et de Commerçants,

• 16 zones d’activités économiques sur plus de 196 hectares, répartis sur 11 communes, regroupant plus de 230 entreprises.

Un envol réussi

Depuis sa création, la Communauté de Communes a agi  avec un double objectif :

• Préserver la richesse de son territoire, son identité et son cadre de vie,

• Proposer des services mieux adaptés, moins coûteux et accessibles à tous ses habitants.

A cet égard, la Communauté de Communes mène son action avec le souci de gérer son budget en « bon père de famille » et de préserver les ménages.

Il faut savoir, par exemple, que les élus communautaires ont décidé jusqu’en 2011 de ne prélever aucun impôt auprès des ménages – à l’exception de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères qui apparaissait sur l’avis d’impôts fonciers. La CCVE aurait eu le droit d’imposer les ménages pour financer ses services mais n’a pas souhaité le faire. Jusqu’en 2011, les ressources de la CCVE provenaient donc essentiellement des dotations de l’Etat, de la Taxe Professionnelle payée par les entreprises et de subventions.

A partir de 2011, la réforme de la fiscalité en France a supprimé la Taxe Professionnelle et totalement modifié la répartition des impôts locaux payés par les ménages, attribuant obligatoirement aux intercommunalités le reversement d’une partie de ceux-ci. Les élus communautaires ont alors décidé d’appliquer les taux indiqués par les services du Ministère des Finances pour parvenir au niveau de recettes juste identique à celui de l’ancien système fiscal. Depuis lors, la CCVE n’a jamais augmenté ses taux d’imposition.

La CCVE investit donc en fonction de ses moyens et conserve un taux d’endettement par habitant très faible comme le montre le tableau ci-dessous :

Intercommunalités

Habitants

Dette/habitant *

SAN de Sénart

16 000

2 726 €

Evry Centre Essonne

114 416

1 319 €

Les Lacs de l'Essonne

58 834

990 €

Les Portes de l'Essonne

101 650

761 €

Val d'Hyerres

90 081

629 €

Val d'Orge

135 000

580 €

Etampois Sud Essonne

52 176

430 €

Seine Essonne

64 500

265 €

Dourdanais

25 051

214 €

Plateau de Saclay

121 636

202 €

Sénart Val de Seine

79 876

121 €

Les 2 Vallées

19 250

57 €

Europe Essonne

150 521

43 €

Entre Juine et Renarde

16 515

30 €

Pays de Limours

26 047

29 €

Arpajonnais

59 548

6 €

CCVE - Val d'Essonne

 

57 881

4 €

*Valeur 2012 - Chiffres accessibles les plus récents

La Communauté de Communes du Val d’Essonne intervient néanmoins désormais dans de nombreux domaines qui touchent la vie quotidienne :

• Aménagement du territoire, 

• Développement économique,

• Développement du tourisme,

• Soutien au commerce de proximité,

• Insertion professionnelle des jeunes,

• Transports sur des lignes régulières et scolaires,

• Mobi’Val d’Essonne, le 1er Transport à la demande mis en circulation en Essonne,

• Création de voies de circulation douce,

• Collecte et élimination des déchets ménagers et assimilés,

• Développement durable à travers la construction d’un Plan Climat Energie Territorial,

• Instruction mutualisée des Autorisations du Droit des Sols (permis de construire, autorisations de travaux…) pour le compte de 19 communes – les maires restant seuls décideurs pour la signature de ces actes,

• Création, réhabilitation, gestion d’équipements sportifs d’intérêt communautaire (Halle des Sports Assia El’Hannouni à Champcueil, terrain de football synthétique à Mennecy, futur complexe aquatique intercommunal à Mennecy),

 Manifestations culturelles ou sportives intercommunales : Fête de la Science, Printemps des Contes, Hivernales, Tour cycliste du Val d’Essonne, Tournoi intercommunal de pétanque…,

• Politique en faveur de l’accès aux soins,

• Politique en faveur du maintien des services publics sur le territoire à travers des permanences publiques proposées à la Maison des Services Publics du Val d’Essonne (CRAMIF, CPAM, Mission locale, CAF…).

La Communauté de Communes du Val d’Essonne est également très solidaire de ses communes membres. Il faut savoir que la CCVE reverse directement, chaque année, aux communes du territoire, 50% des recettes fiscales qu’elle perçoit. Ces crédits abondent donc les budgets des 21 communes du Val d’Essonne pour le fonctionnement de leurs services municipaux respectifs.

Valoriser un formidable potentiel

Le Val d’Essonne est un formidable territoire. Au-delà de ses atouts, de sa qualité de vie et de ses espaces environnants, il représente un potentiel que la CCVE valorise au rythme des compétences qui lui sont transférées progressivement.

Ce sont les spécificités du territoire qui apportent une nuance considérable dans le déploiement des actions, à compétence équivalente entre deux communautés de communes. En cela, faire respecter et reconnaître l’identité, les spécificités et le cadre de vie du territoire sont des objectifs fondamentaux et inhérents à tous les projets que portent les élus communautaires.

Un aménagement du territoire maîtrisé

A cet égard le Schéma de COhérence Territoriale (SCOT) du Val d’Essonne pose les grandes bases de l’urbanisme de demain.

Il a été élaboré et adopté selon 3 priorités :

• Renforcer l’attractivité du territoire en répondant aux besoins des habitants en termes de logements et en améliorant les équipements et services publics existants,

• Maîtriser l’urbanisation du territoire en programmant une offre foncière adaptée aux besoins des habitants pour une meilleure qualité de vie,

• Valoriser le cadre de vie et l’environnement en veillant à la qualité paysagère des espaces urbanisés et à urbaniser, en préservant notre agriculture et en protégeant nos espaces naturels.

La Communauté de Communes s’attache donc à promouvoir un espace communautaire, solidaire, territoire de cohésions et envisage le développement communautaire de façon durable et maîtrisée.

Affirmer l’identité du territoire communautaire, défendre la qualité de vie de ses habitants et leur environnement, les protéger de toutes velléités de « bétonnage » inconsidérées sont des préoccupations constantes des élus communautaires.

Pour plus d’informations sur la CCVE et son actualité cliquez ici www.cc-val-essonne.fr.

Né en 1974, je vis depuis toujours en Essonne, dans le canton de Mennecy.

Formation

  • Baccalauréat au lycée Marie Laurencin de Mennecy.
  • Maîtrise en droit et Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en gestion des Ressources humaines et Droit des relations au travail - Université Panthéon-Assas
  • Master II de Droit public des collectivités territoriales - Université d’Evry-Val d’Essonne.
  • Titulaire du Certificat Post Graduate HEC EPL EXÉCUTIVE MANAGEMENT (Programme de Management Général ) - Promotion Charles Garnier 2016

Mandats électifs

  • Adjoint au Maire de Ballancourt-sur-Essonne depuis mars 2001
  • Conseiller départemental de l’Essonne – canton de Mennecy – depuis mars 2001
  • Président de la Communauté de Communes du Val d’Essonne  depuis octobre 2004
  • Vice-président du Conseil Départemental de l’Essonne délégué à l’aménagement et au développement économiques, à l’emploi, aux nouvelles technologies, à l’enseignement supérieur, à la recherche et à l’innovation depuis avril 2015

Autres mandats

  • Président du Syndicat des eaux entre Rémarde et Ecole de 2014 à 2016
  • Président Directeur Général de la Société d’Economie Mixte " Essonne Aménagement " depuis mai 2015
  • Président de l'Agence Essonne Développement depuis mai 2015  

Au cœur de mon engagement : Les Essonniennes et les Essonniens

La famille est pour moi essentielle. C’est en son sein que l’enfant  s’épanouit, qu’il acquiert les valeurs républicaines et construit son avenir.

Pour moi, être élu local, c’est favoriser l’équilibre de vie des familles en les aidant à faire face aux difficultés de la vie : le travail, la garde des enfants, le transport, l’éducation...

L’intérêt général prime sur toute autre considération. Si je crois qu’un projet peut améliorer la vie des habitants, je le défends de toutes mes forces, au-delà de tout clivage partisan.

Mon action publique s’inscrit dans une recherche continue d’amélioration de la qualité de vie et du cadre de vie des Essonniennes et des Essonniens.

Mon ambition : Une Essonne dynamique et homogène

L’Essonne a des atouts formidables. Ils doivent être optimisés dans le cadre d’une réflexion globale dans l’objectif de profiter à tous les Essonniens.

Investir sur des pôles économiques majeurs, des projets innovants, des dynamiques créatrices d’emplois est indispensable.

Mais l’objectif doit être le bénéfice pour tous dans une démarche cohérente visant à réduire les fractures qui accablent l’Essonne : une fracture sociale, d’une part, et une fracture territoriale, d’autre part, entre les espaces urbains et ruraux.

Ma méthode : pragmatisme et bon sens

S’il y avait une seule bonne méthode pour que tout soit géré le mieux du monde, tous les départements et communes de France l’utiliseraient.

L’essentiel pour moi est de faire preuve de pragmatisme et de bon sens dans l’action publique.

Une politique publique basée sur des règles que personne ne comprend ni ne peut mettre en œuvre n’a aucune chance d’apporter quoi que ce soit de positif aux citoyens.

Pour donner un nouvel élan à l’Essonne, il faut libérer l’énergie de tous les acteurs :

  • entreprises : TPE, PME et Majors
  • communes : les plus petites communes rurales comme les métropoles urbaines
  • associations départementales comme locales.