DSC0938 1280 px

Les agriculteurs ne manquent pas d’imagination, ni d’idées nouvelles pour pérenniser leurs entreprises. Une importante délégation de conseillers départementaux s’est rendue sur deux exploitations agricoles du sud de l'Essonne, ce mercredi 11 mai, répondant à l’invitation de Christophe Hillairet, président de la Chambre d’agriculture interdépartementale Île-de-France,  intervenu le 14 mars dernier, en session plénière du Conseil départemental.

 DSC0930 1280 pxL’objectif est d’établir un dialogue avec les agriculteurs afin que l’action départementale puisse contribuer au maintien d’une activité agricole en Essonne, celle-ci occupant géographiquement 45% du territoire.

L’occasion d’aborder les thématiques propres au secteur : réglementation sociale, fiscale et environnementale, installation et transmission mais aussi, vols et déprédations en très forte hausse dans les fermes, sans oublier les filières longues et courtes, sujets sur lesquels nous sommes en réflexion. C’est, cependant, sur la thématique de la diversification que cette visite s’est déroulée, avec deux exploitants qui ont fait le choix de se lancer dans des activités périphériques.

 

Re-manger des œufs à la coque !

A Chauffour-lès-Etrechy, Fabien et Edith Pigeon, céréaliers, se sont orientés vers l’élevage de poules pondeuses d’œufs  bio en vente directe. Une bonne idée suivie d’une autre avec l’installation d’un distributeur automatique de boites d’œufs et petits sacs de pommes de terre, disponible 24h/24 sur le bord de la route. Le bouche-à-oreille fonctionnant bien, il faut souvent le ravitailler.

 DSC0928 1280 px DSC0948 1280 px

« Actuellement, nous élevons 900 poules dont le lot sera renouvelé tous les ans pour garantir la qualité organoleptique, commente Edith. Raison pour laquelle un autre bâtiment de 1500 m2 est en construction car d’ici la fin de l’année, un autre bâtiment permettra de doubler le cheptel ».

Fabien et Edith Pigeon, 5 Grande Rue, à Chauffour-les-Etrechy

 

Le chanvre, une plante qui a de l’avenir

Direction la ferme de Non-Cerve, à côté de Bouville, avec Olivier et Isabelle Desforges, céréaliers. Ils ont réorganisé leur exploitation en y créant un espace maraîchage où poussent les légumes anciens et des légumes de saison, en vente directe. Depuis 2012, ils cultivent le chanvre*, Olivier pour en travailler la tige, Isabelle pour la graine qui, une fois pressée artisanalement en première pression à froid, donne une huile vierge de chanvre.

Olivier et Isabelle Desforges, Ferme de Noncerve, Mesnil-Racoin. Villeneuve-sur-Auvers.

 DSC0903 1280 px

Le président Durovray a réaffirmé notre volonté commune d’appuyer les démarches visant à faciliter le développement et l’organisation collective des circuits courts et de quelques points de vente en gare essonnienne de grand passage.

*Le département soutient depuis 2008, sur l’incitation du parc naturel du Gâtinais, la création d’une filière chanvre pour l’industrie du bâtiment.