T7

En matière de transports, aucun investissement lourd n’a été réalisé en Essonne depuis le RER D en 1994, hormis la partie essonnienne du T7 à Athis-Mons mis en service fin 2013 (800 m entre Orly et Athis-Mons).

Alors même que la petite couronne représente la moitié des habitants d’Ile-de-France, elle a capté à elle seule 74 % des crédits CPER sur la période 2007-2015.

Un déséquilibre encore renforcé par le chantier du Grand Paris Express puisque la petite couronne concentre à elle seule plus de 80 % des financements et 57 gares en petite couronne sur les 71 gares du futur réseau !

Pour l’Essonne, l’objectif prioritaire était donc d’obtenir un rééquilibrage en faveur des projets essonniens. Nous avons donc mené une négociation avec l’État et la Région qui a permis d’obtenir une contribution de 77 M€ supplémentaires pour les projets essonniens.

Je m’en réjouis car le CPER 2015-2020 adopté par la précédente majorité régionale avait unilatéralement mis à la charge du Département 70 M€ supplémentaires par rapport aux engagements de l’Essonne sur ces grands projets.

La version initiale du CPER doublait voire triplait ainsi les participations demandées au Département sur des projets essentiels pour le territoire tels que le Ring des Ulis, le T7 ou le Tram-Train Massy-Evry (TTME).

Peu crédibles financièrement, ces nouvelles clés rendaient impossible le financement d’une partie des projets et dégradaient fortement leurs perspectives de réalisation.

Un accord tripartite a donc été trouvé et doit s’inscrire dans une revoyure du CPER. C’est une excellente nouvelle pour l’Essonne car la mise en chantier des projets précités devient désormais financièrement envisageable.

Autre bonne nouvelle : il a été convenu une participation hors CPER de 9 M€ supplémentaires de l’État dans le cadre du fonds exceptionnel d’un milliard d’euros pour soutenir l’investissement local sur les opérations RD36 – Christ de Saclay – Echangeur de Corbeville, et une participation de la Région à hauteur d’au moins 16 M€ dans le cadre du “plan anti-bouchon” et pour changer la route pour le financement d’une future liaison nord Essonne, opération qui n’avait initialement pas été retenue.

Autant de projets structurants pour l’Essonne, facteurs positifs d’attractivité pour les entreprises et donc favorables au développement économique et à l’emploi.