La prochaine Exposition universelle aura lieu en 2020 à Dubaï. Mais la France se projette déjà pour l’exposition universelle de 2025 ! Pour le territoire et ses habitants qui accueilleront cet événement planétaire, il s’agit d’une opportunité exceptionnelle. 23 milliards d’euros de retombées économiques directes, création de beaucoup d’emplois durables, renforcement de l’accessibilité au bénéfice de tous…

ExpoUnivVALLEE

La thématique de l’Exposition universelle 2025 sera « La connaissance à partager, la planète à protéger». Avec un tel message au monde, l’Essonne ne pouvait qu’être candidate pour accueillir l’expo 2025, et plus particulièrement le site de Paris-Saclay qui incarne et porte cette exigence. La transmission des savoirs anime au quotidien ses écosystèmes et les synergies entre ses chercheurs, ses entrepreneurs et ses étudiants lui permettent de bâtir des réponses efficaces aux grands enjeux du XXIe siècle, au premier rang desquels la préservation de l’environnement.

Notre territoire est doté d’un potentiel qui mérite d’être partagé avec les 50 millions de visiteurs attendus. Il est aussi projeté vers l’avenir et ouvert sur le monde et dispose de tous les atouts pour proposer un projet à la fois extraordinaire et résolument humain.

PanneauxManif21.09 

J’ai largement communiqué sur l’état catastrophique des finances trouvées par la nouvelle majorité en 2015 (endettement abyssal, cavalerie budgétaire par des factures impayées…pour lire l’article suivez ce lien ).

Lors de l'élaboration du budget primitif 2016, nous avons donc été confrontés à un défi : redresser les finances départementales qui étaient à la dérive et rendre au budget départemental sincérité, crédibilité et efficacité.

Nous avons donc dû mobiliser les efforts de tous :

  • Elus qui ont dû faire des choix courageux et parfois impopulaires, et s’engager dans un plan d’économie sans précédent,
  • Agents départementaux qui ont vu leur temps de travail annuel revenir à 1607 heures,
  • Habitants qui ont supporté une hausse de la fiscalité.

Il me semblait donc normal de vous rendre compte et de faire un point sur ce qu’ont permis d’accomplir ces efforts conjugués.

Dire que la situation financière du Département est miraculeusement redevenue idyllique ne serait pas sérieux.

Elle reste difficile et impose une vigilance et une rigueur de tous les instants, dans un contexte de désengagement de l’Etat qui perdure.

Mais nos finances sont désormais sincères, maîtrisées et ont repris un cours vertueux qui nous met à l’abri d’une possible mise sous tutelle de l’Etat qui ne pouvait pas être écartée il y a un an.

Champ de blé

L’été rime souvent avec promenade, surtout dans notre département à l’environnement très privilégié. Il est si facile de se sentir à la campagne en Essonne ! Le mérite en revient pour une part importante à notre agriculture qui façonne et préserve les paysages que nous aimons tant. Et au-delà de l’image d’Epinal, l’agriculture est une véritable filière économique qui méritait un soutien plus fort du Département. Raison pour laquelle il a adoptée une politique volontaire et pragmatique pour la période 2017-2020.

L’agriculture n’a rien d’anecdotique en Essonne.

Elle développe des filières novatrices, comme pour l’industrie du bâtiment avec la culture du chanvre. Elle est leader dans certains secteurs comme pour la production de cresson, voire mondialement connue comme pour la production et le conditionnement d’herbes aromatiques pour la restauration collective par l’entreprise DAREGAL de Milly-la-Forêt.

Notre Département a une superficie de 180 400 hectares dont 45% sont occupés par des espaces agricoles. 768 exploitations sont aujourd’hui en activité et occupent 1 579 actifs permanents. Ce chiffre a néanmoins sensiblement diminué depuis l’an 2000. Aussi le Conseil départemental a adopté une nouvelle politique "de soutien et de développement de l’agriculture essonnienne", à l’unanimité, le 30 janvier 2017. Portée par mon collègue Guy CROSNIER, cette politique vise à rendre l’agriculture essonnienne encore plus dynamique et à répondre aux attentes des agriculteurs et des Essonniens.

Signature marchés de travaux SMO THD 10.05.17 

Le 10 mai 2017, à l’Hôtel du Département, François DUROVRAY a signé le marché de travaux de construction de notre futur réseau pour l’accès au Très Haut Débit de toute l’Essonne du Sud. Un moment symbolique qui s’est tenu en présence de nombreuses personnalités, dont M. Othman NASROU, Vice-président de la Région Ile-de-France chargé de l'Action internationale, qui a tenu, par sa participation, à manifester l’importance de ce projet pour les 124 communes franciliennes concernées mais aussi pour leur développement économique et celui des entreprises notamment à l'international. Un moment qui va cependant bien au-delà du symbole puisqu’il marque l’entrée en phase opérationnelle du projet Très Haut Débit.

L’aménagement numérique du territoire est un enjeu fort pour le territoire essonnien. C’est à travers notamment le déploiement de nouveaux réseaux comme le déploiement de la fibre optique, que chacun pourra accéder à des contenus numériques dans de très bonnes conditions. Ce déploiement est structurant pour notre Département car il s’adresse à la fois aux habitants, professionnels, entreprises, aux écoles, aux établissements publics, de santé, etc. C’est un outil au service de la qualité de vie des habitants et de l’emploi.

Dans le sud du Département, seul un investissement fort et pérenne de tous les acteurs publics permettra la construction, en complémentarité du déploiement des opérateurs privés, d’un réseau d’initiative publique (RIP), de manière progressive et pragmatique.

C’est pourquoi, le Département de l’Essonne a décidé de mettre en place d’ici 2020 le Très haut débit pour les zones non couvertes par un réseau privé.

Le projet de Réseau d’Initiative Publique (RIP) qui porte sur 124 communes représentant 116 000 prises (soit 80 % du territoire essonnien), est établi et financé en partenariat avec l’Etat, la Région Ile-de-France, le Département et 6 intercommunalités : CC Val d’Essonne, CC des 2 Vallées, CA Etampes Sud Essonne, CC Dourdannais en Hurepoix, CC Pays de Limours, CC Entre Juine et Renarde. Un septième EPCI la CA Cœur d’Essonne rejoint le projet en tant que membre ayant délégué sa compétence sur une partie de son territoire (ex Arpajonnais).

Pour le Département, la mise en place du Très haut débit correspond à un investissement de 23 millions d’euros d’ici 2020. Ce budget a été inscrit dans le Plan Pluriannuel d’Investissement du Département adopté le 15 décembre 2016.

CARTeRD31deviationIttevilleCe projet est si ancien qu’il se confond presque avec l’histoire de notre département ! Il est pourtant très attendu et a été déclaré d’utilité publique en décembre 2008.

Il constitue le tronçon manquant de la RD 31 entre la R.D. 74 et la R.D. 17, sur les communes d’Itteville et de Saint-Vrain, et achèvera l’itinéraire départemental assurant une liaison interurbaine entre le Sud du département et le « Croissant » économique nord Essonne.

Réalisée sur une section nouvelle de 2 750 m, la déviation doit être aménagée à 2 X 1 voie. Il est également prévu la construction de stationnements longitudinaux, une piste cyclable à double sens et une allée piétonne.

L’acquisition des emprises nécessaires à la réalisation des travaux a été effectuée.

Le coût de l’opération est estimé à 20,2 M € et son inscription au Plan pluriannuel d’investissement du Département a été adoptée par l’Assemblée le 15 décembre 2016.

Tous les feux sont donc au vert pour passer désormais à une phase plus opérationnelle.