Photo LFA 

La Ruralité est désormais une force et un atout grâce à l'action de la nouvelle Majorité départementale à travers sa politique cadre adoptée le17 octobre 2016 pour répondre aux enjeux de l’Essonne du Sud.

D'ores et déjà, par les grandes missions de service public qu'il assure au quotidien, le Département intervient de manière forte et volontaire sur la partie sud de l'Essonne. Veillant notamment à ce que l'ensemble de ses habitants puissent disposer d'un accès aux services numériques de qualité, il est un acteur fort du déploiement de la fibre optique au travers du syndicat mixte ouvert « Essonne Numérique ».

L'Ile-de-France étant fortement polarisée par l'agglomération parisienne, il en ressort des enjeux spécifiques propres aux territoires les plus éloignés de l'hyper centre, en termes de développement et d'aménagement.

Dans un contexte national de réflexion sur le devenir de la Métropole parisienne d'une part, sur les territoires français ruraux d'autre part, il importe que l'Essonne porte la problématique de ses territoires périurbains et ruraux de manière à les intégrer pleinement aux réflexions en cours. 

La définition d'une politique de la ruralité vise donc à formaliser un cadre d'actions qui permettent de répondre aux enjeux territoriaux reconnus : enjeux environnementaux, enjeux en termes de réponses aux besoins de développement économique et d'emploi, enjeux de prise en compte des besoins des habitants et de leur qualité de vie.

Aujourd'hui, d'une manière générale, les territoires ruraux essonniens bénéficient toujours pour la plupart d'un solde migratoire légèrement positif, mais le flux des arrivées se tarit, par le renchérissement progressif du foncier et de l'immobilier.

La composition de la population s'est complexifiée et ses modes de vie ont radicalement changé. La population peut aujourd'hui être qualifiée de néo-rurale, situation qui s'apparente plus à une urbanisation de la campagne qu'à une réappropriation du monde rural.

En effet, les difficultés d'accueil de ces « néo-ruraux » résident souvent dans le fait qu'ils restent des citadins à la campagne. Leurs attentes sont alors semblables à celles de populations urbaines ou périurbaines en termes d'offres d'emplois, de formations, de lieux de récréation, de consommation, de facilités de déplacement...

Face au contexte national et régional de crise économique et sociale, de recomposition sociodémographique des espaces en périphérie urbaine, de changements climatiques et de progression constante de l'urbanisation consommant et fragilisant les milieux naturels, l'enjeu de la politique départementale de la ruralité sera d'impulser un modèle de développement territorial innovant et viable à long terme.

Il ne s'agit plus seulement de protéger ce territoire des diverses évolutions qui peuvent menacer sa qualité, mais également de le développer en se basant sur ses atouts indéniables, en respectant son identité et en proposant à tous ses habitants des modes de vie durables et adaptés aux problématiques quotidiennes qu'ils y connaissent.

Cela lui permettra d'affirmer sa place à l'échelle de la métropole en participant pleinement à son fonctionnement, tout en assurant un rôle stratégique d'espace stable de transition entre le secteur urbain de l'agglomération parisienne et le secteur rural plus agricole et industriel de l'Eure-et-Loir et du Loiret.

La politique départementale de la ruralité aura donc pour objectifs de répondre aux enjeux d'amélioration du quotidien des habitants dans une logique de développement innovant et durable du territoire, de manière optimale et adaptée, tout en restant étroitement liée à la future politique agricole départementale, notamment sur les questions d'éco-filières et de circuits courts alimentaires.

Le périmètre de cette politique de la ruralité en Essonne comprend 118 communes pour 210 629 habitants (selon le recensement de l'INSEE en 2011).
Il s'agit de l'intégralité des communes des six EPCI de l’Essonne du sud (Communauté de communes du Plateau de Limours, Communauté de communes du Dourdannais en Hurepoix, Communauté d'agglomération de l'Etampais Sud Essonne, Communauté de communes des Deux Vallées, Communauté de communes de Val d'Essonne, Communauté de communes Entre Juine et Renarde), ainsi que les communes d'Avrainville, de Cheptainville et de Guibeville.

Le périmètre prend en compte les pôles de centralité structurant les bassins de vie et espaces ruraux essonniens : Limours, Dourdan, Saint-Chéron, Etréchy, Etampes, Angerville, Ballancourt-sur-Essonne, Mennecy, La Ferté Alais, Maisse, Milly-la-Forêt.

Afin de pouvoir répondre aux enjeux qui sont posés sur les territoires ruraux essonniens et en particulier celui d'améliorer le quotidien de leurs habitants, il importe d'organiser l'intervention du Département en :

  • Intégrant, un filtre « rural» à chacune des politiques sectorielles départementales. Ainsi, peu à peu, c'est l'ensemble des politiques sectorielles du Département qui pourra intégrer des mesures et actions adaptées répondant aux spécificités des territoires ruraux.
  • Mettant en œuvre, dès à présent, un plan d'actions spécifiquement dédié à la politique de la Ruralité. Ce plan fera l'objet d'un bilan de réalisation annuel permettant d'évaluer la politique engagée. Au regard de ce bilan et de l'actualité départementale en matière de politique sectorielle, de nouvelles actions pourront intervenir, et qui feront l'objet de nouvelles fiches actions.

Je me réjouis de l’adoption de ce plan d’actions pour plusieurs raisons.

D’une part parce que plusieurs d’entre elles figuraient dans les propositions que j’avais faites dans le cadre de la campagne électorale de 2015.

Aussi parce qu’elles s’inspirent pour nombre d’entre elles d’expérimentations déjà menées avec succès dans plusieurs communautés de communes. Je pense par exemple au Transport à la Demande, au soutien au commerce de proximité ou à la lutte contre la désertification médicale, problématiques que se sont déjà appropriées certaines intercommunalités, notamment le Val d’Essonne.

Surtout parce que la démarche engagée par notre Majorité permettra de réduire l’insupportable fracture structurelle qui existe entre le nord et le sud de l’Essonne et que je n’ai eu de cesse de dénoncer depuis plus de dix ans. Le nord urbain systématiquement privilégié et le sud perpétuellement négligé et abandonné, c’est terminé ! L'Essonne est désormais une et indivisible et fait l’objet d’une attention équitable de la Majorité en place.

Guy CROSNIER avec qui je travaille en étroite collaboration est très proche du terrain, il a donc eu toute la pertinence de cibler les thématiques qui sont au cœur des préoccupations des habitants, qui pourront permettre de dégager des synergies efficaces avec les intercommunalités et de construire une Essonne unifiée riche de ses diversités.

Ce plan se décline en 22 fiches actions autour de 4 axes de travail :

Accompagner les habitants tout au long de leur vie

1. Lutter contre la désertification médicale en aidant financièrement les professionnels de santé à s'installer dans les zones rurales

2. Lutter contre la désertification médicale en soutenant la création de maison de santé par les communes et intercommunalités
3. Préfiguration d'une offre itinérante santé/social
4. Soutenir le développement en milieu rural des Etablissements d'accueil du jeune enfant, et notamment des structures alternatives d'accueil pour la petite enfance (micro-crèches et crèches parentales)
5. Prendre en compte la spécificité rurale dans l'organisation et l'amélioration du maintien à domicile des personnes âgées

Améliorer le cadre de vie des habitants

6. Soutenir les actions innovantes en matière de mobilité (auto partage, autostop organisé, transports à la demande...)
7. Soutenir le projet de plateforme multiservices de mobilité
8. Contribuer à améliorer l'accessibilité des pôles gares en milieu rural, notamment en y améliorant l'offre de rabattement en bus
9. Développer les aires de covoiturage en milieu rural
10. Mettre en œuvre un volet rural au sein de la politique départementale du logement et de l'habitat
11. Soutenir les communes dans la réalisation d'opérations de petite taille portant sur la création de logements à loyers abordables en milieu rural
12. Expertiser la possibilité de renforcer l'aide du Département en matière d'espaces naturels sensibles auprès des communes rurales
13. Expertiser la possibilité de renforcer l'aide aux collectivités rurales dans le cadre de la nouvelle politique départementale de l'Eau

Encourager un développement local dynamique

14. Favoriser le maintien et la sauvegarde du commerce de proximité
15. Poursuivre aux côtés de la Région le dispositif (type Pacte) en faveur du développement économique, de l'emploi et de la formation des territoires de l'Essonne du Sud
16. Soutenir la réalisation d'étude de faisabilité préalable au développement de tiers-lieux en milieu rural
17. S'engager aux côtés de l'État dans les contrats de ruralité
18. S'engager aux côtés de la Région Ile-de-France dans les nouveaux contrats ruraux
19. Favoriser l'aménagement numérique des territoires ruraux essonniens

Favoriser le développement de la culture et des loisirs

20. Soutenir les collectivités rurales dans leurs investissements culturels
21. Déployer des outils numériques de type Fablab itinérant pour le Sud Essonne
22. Garantir aux habitants des territoires ruraux l'accès à des bibliothèques fonctionnelles et performantes et accompagner la modernisation du réseau des bibliothèques.