Champ de blé

L’été rime souvent avec promenade, surtout dans notre département à l’environnement très privilégié. Il est si facile de se sentir à la campagne en Essonne ! Le mérite en revient pour une part importante à notre agriculture qui façonne et préserve les paysages que nous aimons tant. Et au-delà de l’image d’Epinal, l’agriculture est une véritable filière économique qui méritait un soutien plus fort du Département. Raison pour laquelle il a adoptée une politique volontaire et pragmatique pour la période 2017-2020.

L’agriculture n’a rien d’anecdotique en Essonne.

Elle développe des filières novatrices, comme pour l’industrie du bâtiment avec la culture du chanvre. Elle est leader dans certains secteurs comme pour la production de cresson, voire mondialement connue comme pour la production et le conditionnement d’herbes aromatiques pour la restauration collective par l’entreprise DAREGAL de Milly-la-Forêt.

Notre Département a une superficie de 180 400 hectares dont 45% sont occupés par des espaces agricoles. 768 exploitations sont aujourd’hui en activité et occupent 1 579 actifs permanents. Ce chiffre a néanmoins sensiblement diminué depuis l’an 2000. Aussi le Conseil départemental a adopté une nouvelle politique "de soutien et de développement de l’agriculture essonnienne", à l’unanimité, le 30 janvier 2017. Portée par mon collègue Guy CROSNIER, cette politique vise à rendre l’agriculture essonnienne encore plus dynamique et à répondre aux attentes des agriculteurs et des Essonniens.

La nouvelle politique agricole de l’Essonne s’articule autour de trois grands axes :

  • "Soutenir l’installation de nouveaux agriculteurs et la transmission", en lien avec des organismes spécialisés, l’Etat et la Région, mais aussi à travers des événements de promotion comme le Festival de la Terre des Jeunes Agriculteurs qui aura lieu en septembre 2017, ou les stages de collégiens dans des exploitations agricoles pour qu’ils découvrent le métier ;
  • "Améliorer la compétitivité des exploitations agricoles", en soutenant des pratiques plus durables et respectueuses de l’environnement, par des conseils agronomiques par exemple, et en développant les productions locales (plantes aromatiques, miel, cresson...) et les filières innovantes (chanvre dans le Sud Essonne, agriculture biologique sur l’ancienne base aérienne de Brétigny-sur-Orge...) ;
  • Enfin, le Département souhaite aussi "Pérenniser et maintenir des espaces agricoles fonctionnels", en travaillant sur la circulation des engins agricoles, le fauchage, la création d’aires de chargement, l’agrotourisme, la rénovation de certains bâtiments...

Comme l’argent est souvent le nerf de la guerre, en même temps que ces axes de travail, le Conseil Départemental a adopté plusieurs dispositifs de financement qui permettront de soutenir ce secteur et d’agir selon les axes indiqués. Il s’agit d’un investissement pour l’avenir : pour l’agriculture mais aussi pour la qualité de notre alimentation et l’environnement.

Au total, 3,6 millions d’euros vont être consacrés à cette politique agricole sur la période 2017-2020. Une enveloppe en hausse de 140% par rapport au précédent budget.