Comment est né ce projet ? Quelle est son ambition ? Et pourquoi ? Réponse avec cet aréopage de circonstance pour la présentation du projet du Grand stade aux élus du Département, et conseillers régionaux pour l’Essonne. Pierre Camou, président de la Fédération française de rugby ; Serge Blanco, Christian Garnier, trésorier ; et Paul de Keerle, directeur financier, ont présenté le projet, à Marcoussis, ce mercredi 6 juillet, et sont revenus sur la présentation du plan financier et de la garantie d’emprunt.

 DSC2441 Présentation Grand Stade Elus 1280 px

Le projet du Grand stade est bien plus qu’un stade.

C’est, schématiquement, un pack, un marqueur fort territorial, pour en faire une destination au sud francilien, un site implanté au cœur d’une dynamique de développement essonnien. C’est un projet durable, sur 133 hectares de zone urbaine, économique et de loisirs.

L'Essonne écrit une nouvelle page de son histoire.

Un joyau foncier, en bordure de l’A6, né de la rencontre entre deux ambitions, celle de la Fédération française de rugby, et celle d’un territoire qui veut faire émerger une véritable centralité en Essonne. Et pourquoi pas la société du bien-être ?

 DSC2427 Présentation Grand Stade Elus 1280 px

Le Conseil départemental conviait, jeudi 23 juin, les plus importantes entreprises du département, et les partenaires des Chambres consulaires ainsi que les élus des communautés d’agglomération et de communes. Cette démarche atypique et innovante, comme l’a souligné en introduction, Eric Revel, journaliste économique et animateur de cette matinée, avait pour objectif de présenter, dans le contexte des nouvelles réformes territoriales et de la loi NOTRe, les perspectives du développement économique et de les clarifier. 

 DSC2127 100 Entreprises100 Entreprises 1280 px

 Cette rencontre est en effet une première en Île-de-France, et sera reproduite auprès des PME-PMI prochainement tant il nous paraît essentiel de rapprocher les institutions du monde économique, deux univers pour lesquels les mesures de temporalité sont différentes.

Si Madame Josiane Chevalier, nouvelle préfète de l'Essonne, nous a fait l’honneur de sa présence, c’est qu’avec l’Etat, la Région et le département, nous n’avons une seule priorité en ce domaine : être au service de l’emploi.

 DSC2119 100 Entreprises100 Entreprises 1280 px

L’assemblée générale d’Essonne Développement, ex-agence pour l’économie en Essonne, s’est tenue vendredi 10 juin avec, à son ordre du jour, la présentation du bilan de l’exercice 2015 et les perspectives pour l’année 2016.

AG ESS DEV. juin2106

Essonne Développement est subventionnée à 80% par le Département afin de mener, autour trois axes économiques prioritaires, des actions de développement pour les territoires, les entreprises et l’attractivité. Dans un contexte de mutation institutionnelle, Essonne Développement a pris les devants. L’année 2015 a été une année de préparation de son évolution dans ce cadre qui sera effectif au 1er janvier 2017. La loi sur la Nouvelle Organisation du Territoire de la République (loi NOTRe) redessine le paysage des intervenants en la matière, les régions deviennent la collectivité, chef de file du développement économique. Désormais, l’intervention de cette strate administrative est encadrée par une obligation de conventionnement avec la région Île-de-France et les intercommunalités.

A travers son Livre Blanc, co-construit avec  les forces vives du département, l’Essonne apporte sa contribution au développement économique de son territoire et de la Région. 

Dans un contexte de réorganisation des collectivités territoriales, il s’agit de savoir « qui fait quoi » ? En effet, la Loi NOTRe, votée l’an dernier, enlève aux départements la capacité à définir leurs propres politiques publiques en matière de développement économique. Au 31 décembre 2016, les régions seront seules à en décider. Elles pourront cependant déléguer ou signer des conventions avec les départements.

 DSC1588 Présentation Livre Blanc 1280 pxFace à ce changement institutionnel rapide, complexifié par l’inclusion du Grand Paris et la création des nouvelles intercommunalités, devons-nous accepter de voir l’échelon départemental marginalisé ? Ou bien nous saisir de cette opportunité pour participer à la construction de l’Essonne et écrire un nouveau modèle, en accord avec le futur SRDEii (Schéma Régional de Développement Economique, d’innovation et d’internationalisation). Nous avons choisi de réagir.

L’Essonne a un avenir, nous souhaitons apporter, sans attendre, des réponses aux interrogations soulevées par les sujets aussi cruciaux que l’emploi, la formation, la production de richesses locales et, ainsi, favoriser la croissance, l’attractivité et le travail en Essonne.

 DSC1585 Présentation Livre Blanc 1280 pxCet objectif, consigné dans le Livre Blanc de l'Essonne, élaboré par le Conseil départemental et Essonne Développement, était présenté mercredi 25 mai, par François Durovray, président du Conseil départemental, et moi-même, Patrick Imbert, vice-président(1), devant un parterre d’élus, d’acteurs et de partenaires économiques. Deux tables rondes étaient orchestrées et animées par Philippe Dessertine(2), économiste de renom, et Eric Revel(3),  journaliste économique, au cours desquelles, les temps d’échanges ont été proposés aux invités.

Ce Livre blanc de l’Essonne sera remis à la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, en septembre prochain.

 

(photo ci-contre : Présentation Livre Blanc et ouverture de la plénière. De gauche à droite, Philippe Dessertine, économiste de renom, moi-même, Eric Revel, journaliste économique, François Durovray, président du Conseil départemental de l'Essonne)

Pose de la 1ère pierre de l’Institut des Mathématiques, ce jeudi 17 septembre

 

La plus forte concentration mondiale

On ne le répète pas assez : la France est une terre de mathématiques. Un peu plus de 3700 chercheurs et enseignants-chercheurs forment la communauté mathématique française essentiellement située en région parisienne, c’est la plus forte concentration mondiale ! En effet, avec la proximité des universités de Paris VI, Paris VII, et de l’Institut Henri-Poincaré, l’Institut des hautes études scientifiques (IHES), à Bures-sur-Yvette, et l’université de Paris-Sud, à Orsay, forment un ensemble de recherche très productif. Rappelons que les travaux effectués au sein du département de mathématiques de cette dernière ont été primés 3 fois par la médaille Fields, équivalent du Prix Nobel.

Paris-Sud Orsay rivalise avec les meilleurs établissements de renom tels que Princeton, le MIT (Massachusetts Institute of Technology) et Harvard.

Institut de maths 2   ©Agence Guervilly

Le Plateau de Saclay est appelé à devenir un pôle scientifique et de recherche d’envergure internationale. Ce jeudi 17 septembre a confirmé cette ambition départementale avec la pose de la 1ère pierre du futur Institut de Mathématique sur le Campus de l’Université de Paris-Sud. L’occasion de mettre également à l’honneur les filières entrepreneuriales de l’Institut d’optique Graduate School (IOGS) et de l’Ecole polytechnique qui présentaient leurs jeunes créateurs de start-up.La remise des prix aux 19 lauréats des concours mondiaux de l’innovation a clôturé la matinée.