A travers son Livre Blanc, co-construit avec  les forces vives du département, l’Essonne apporte sa contribution au développement économique de son territoire et de la Région. 

Dans un contexte de réorganisation des collectivités territoriales, il s’agit de savoir « qui fait quoi » ? En effet, la Loi NOTRe, votée l’an dernier, enlève aux départements la capacité à définir leurs propres politiques publiques en matière de développement économique. Au 31 décembre 2016, les régions seront seules à en décider. Elles pourront cependant déléguer ou signer des conventions avec les départements.

 DSC1588 Présentation Livre Blanc 1280 pxFace à ce changement institutionnel rapide, complexifié par l’inclusion du Grand Paris et la création des nouvelles intercommunalités, devons-nous accepter de voir l’échelon départemental marginalisé ? Ou bien nous saisir de cette opportunité pour participer à la construction de l’Essonne et écrire un nouveau modèle, en accord avec le futur SRDEii (Schéma Régional de Développement Economique, d’innovation et d’internationalisation). Nous avons choisi de réagir.

L’Essonne a un avenir, nous souhaitons apporter, sans attendre, des réponses aux interrogations soulevées par les sujets aussi cruciaux que l’emploi, la formation, la production de richesses locales et, ainsi, favoriser la croissance, l’attractivité et le travail en Essonne.

 DSC1585 Présentation Livre Blanc 1280 pxCet objectif, consigné dans le Livre Blanc de l'Essonne, élaboré par le Conseil départemental et Essonne Développement, était présenté mercredi 25 mai, par François Durovray, président du Conseil départemental, et moi-même, Patrick Imbert, vice-président(1), devant un parterre d’élus, d’acteurs et de partenaires économiques. Deux tables rondes étaient orchestrées et animées par Philippe Dessertine(2), économiste de renom, et Eric Revel(3),  journaliste économique, au cours desquelles, les temps d’échanges ont été proposés aux invités.

Ce Livre blanc de l’Essonne sera remis à la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, en septembre prochain.

 

(photo ci-contre : Présentation Livre Blanc et ouverture de la plénière. De gauche à droite, Philippe Dessertine, économiste de renom, moi-même, Eric Revel, journaliste économique, François Durovray, président du Conseil départemental de l'Essonne)

Pose de la 1ère pierre de l’Institut des Mathématiques, ce jeudi 17 septembre

 

La plus forte concentration mondiale

On ne le répète pas assez : la France est une terre de mathématiques. Un peu plus de 3700 chercheurs et enseignants-chercheurs forment la communauté mathématique française essentiellement située en région parisienne, c’est la plus forte concentration mondiale ! En effet, avec la proximité des universités de Paris VI, Paris VII, et de l’Institut Henri-Poincaré, l’Institut des hautes études scientifiques (IHES), à Bures-sur-Yvette, et l’université de Paris-Sud, à Orsay, forment un ensemble de recherche très productif. Rappelons que les travaux effectués au sein du département de mathématiques de cette dernière ont été primés 3 fois par la médaille Fields, équivalent du Prix Nobel.

Paris-Sud Orsay rivalise avec les meilleurs établissements de renom tels que Princeton, le MIT (Massachusetts Institute of Technology) et Harvard.

Institut de maths 2   ©Agence Guervilly

Le Plateau de Saclay est appelé à devenir un pôle scientifique et de recherche d’envergure internationale. Ce jeudi 17 septembre a confirmé cette ambition départementale avec la pose de la 1ère pierre du futur Institut de Mathématique sur le Campus de l’Université de Paris-Sud. L’occasion de mettre également à l’honneur les filières entrepreneuriales de l’Institut d’optique Graduate School (IOGS) et de l’Ecole polytechnique qui présentaient leurs jeunes créateurs de start-up.La remise des prix aux 19 lauréats des concours mondiaux de l’innovation a clôturé la matinée.

Ce lundi 21 septembre, j’ai proposé en commission de préparation de la prochaine séance publique, le renouvellement du Pacte 2 pour le Développement du territoire de Sénart et Melun Val de Seine. En concertation avec mon collègue, Guy Crosnier, Conseiller départemental d’Etampes, nous avons également proposé la reconduction du Pacte Sud-Essonne.

 DSC8335 1280 px 

Avec Guy Crosnier, Conseiller départemental du canton d’Etampes, à l’assemblée départementale pour préparer la prochaine séance publique du 28 septembre.

 Le Pacte Sud-Essonne concerne 98 collectivités territoriales dont 6 intercommunalités. Il a été élaboré initialement autour de 4 axes.

A titre d’exemples de réalisations, citons dans le domaine du développement économique, les créations de réseau d’entreprises et le rapprochement entre des réseaux existants. Il s’agit désormais de renforcer ces structures par des matinées thématiques et d’adopter une démarche de marketing territorial pour attirer les jeunes entrepreneurs. Par ailleurs, il faut noter les effets positifs de l’organisation de Job dating, d’ateliers pratiques et de conférences thématiques dont la fréquentation a été en augmentation au fil des rencontres.

Dans le domaine du tourisme, les outils de communication créés dans ce cadre-là doivent être maintenant valorisés.

Dans le domaine de l’agriculture, la constitution d’un réseau de partenaires a permis, grâce à une demande de subvention auprès du FEADER, le recrutement d’un chargé de mission au sein du PNR (Parc naturel régional).

Le Pacte Sud-Essonne a aussi contribué à diversifier les productions agricoles et concomitamment, de permettre aux élus de réserver des parcelles agricoles afin de privilégier les circuits courts de distribution, et un approvisionnent de produits locaux dans la restauration collective.

La filière chanvre sera soutenue suite aux essais de culture, aux études de faisabilité et à la mise en place d’un réseau de producteurs.

Dans le domaine de la mobilité, un travail de réflexion est mené actuellement dans le cadre de ce Pacte pour le développement du territoire du Sud Essonne pour mettre en œuvre du transport à la demande (TAD) sur ce territoire. D’autre part et au titre de ce même dispositif, un Plan de Déplacement Interenteprise (PDIE) est en cours d'élaboration sur le secteur du Bouchet ( Val d’Essonne). Il concerne les entreprises Safran Composite, Isochem, la DGA maitrise NRBC, Structil, le CRB Safran Hérakles.

daregal4sept2015 24

Comment l’innovation, soutenue par un fort ancrage dans son terroir, permet au leader mondial des herbes aromatiques surgelées, de pérenniser ses activités ?

Jeudi 3 septembre, François DUROVRAY, Président du Conseil départemental et moi-même avons effectué une visite de travail au sein de  l’entreprise milliacoise DAREGAL, accompagnés de Caroline PARATRE, Vice-présidente du Conseil départemental et de François ORCEL, Maire de Milly-la-Forêt.

La réussite de cette entreprise familiale s’est ancrée dans le terroir essonnien depuis 125 ans. Aujourd’hui, acteur économique de premier plan dans le Sud Essonne et de rayonnement international, DAREGAL a acquis une maîtrise et un savoir-faire agricole qui font de cette société un acteur économique majeur, avec un fort potentiel créatif.

L’Essonne est un terreau fertile pour l’innovation dans les domaines les plus divers. Une terre d’avenir et d’innovation, qui mérite de notre part un soutien sans faille. Notre devoir est d’être à l’écoute du monde des entreprises afin de mieux cerner les attentes. Nous devons mieux connaître les contraintes et les objectifs des uns et des autres pour avancer ensemble. Cet effort est à faire dans les deux sens.

A l’issue de cette réunion de travail, très logiquement, les bonnes idées ont poussé, parmi lesquelles, la possibilité d’introduire dans les quelques 45 000 repas servis par jour aux collégiens du département, les brins d’herbes authentiquement goûteux. Voilà le genre de rencontre qui nourrit autant l’esprit que les corps !

PIVice-président délégué à l’aménagement et au développement économique du Conseil Départemental de l'Essonne, je souhaite promouvoir un écosystème favorisant l’émulation, l’innovation et la compétitivité des entreprises  du département, ce qui passe par un lien fort entre enseignement supérieur, recherche,  innovation, développement économique, aménagement  des territoires.

Retrouvez mon interview dans le Journal du Grand Paris téléchargeable en ligne.